Nouveaux gisements de pétrole au Brésil

La découverte de gisements de pétrole au large des côtes du Brésil apporte plusieurs perspectives importantes :

– un atout pour le développement du Brésil qui pourrait devenir exportateur et songe à rejoindre l’OPEP

– une revalorisation du territoire brésilien en Amérique du Sud déjà bien doté ( mais toujours derrière le Venezuela, 4e producteur mondial)

– une possibilité de freiner la flamber des cours en augmentant l’offre sur le marché mondial

Ci dessous l’article du Monde du 12/11/07.

Voir aussi ce lien.

Les Brésiliens bientôt rois du pétrole… et leur pays, prochain membre de l’OPEP ? Le président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, après avoir été appelé « magnat du pétrole » par son homologue vénézuélien, Hugo Chavez, dit songer à ce futur pour son pays, en passe de devenir exportateur de pétrole.

L’euphorie est née de l’annonce, tonitruante, de la découverte d’immenses gisements de pétrole et de gaz, à proximité des côtes du Sud-Est. La compagnie Petrobras les évalue entre 5 et 8 milliards de barils, augmentant de moitié les réserves nationales actuelles, ce qui propulserait le Brésil parmi les dix principaux producteurs d’or noir, entre le Venezuela et le Nigeria. Autosuffisant depuis 2006, le Brésil a porté sa production en 2007 à 1,9 million de baril jour.

La Bourse de Sao Paulo a accueilli la nouvelle par une envolée du titre de Petrobras, mais l’entreprise nationale rappelle que des études doivent encore confirmer l’hypothèse de ces « méga-réserves ».

BONNE QUALITÉ DES RESSOURCES

Ce trésor énergétique serait enfoui en plein océan Atlantique, à 250 kilomètres du rivage, sous une épaisse croûte de sel, vraisemblablement entre 5 000 et 7 000 mètres de profondeur. Là où le Brésil compte déjà une quinzaine de puits, mais qui extraient un pétrole à moins de 2 140 mètres. Le champ pétrolifère se situe dans la zone de Tupi, qui s’étire sur 800 kilomètres, au large des Etats d’Espirito Santo, Rio, Sao Paulo et Santa Catarina.

Le président de Petrobras, José Sergio Gabrielli, estime que le prix de plus en plus élevé du baril et la bonne qualité des ressources localisées devraient compenser les coûts d’exploitation. La compagnie, qui puise l’essentiel de la production en haute mer, se dit capable d’explorer dans les grandes profondeurs.

Dans le même temps, Dilma Roussef, la ministre chef de cabinet du président Lula, a annoncé que 41 des 312 blocs de cette zone d’exploration qui devaient être mis en vente fin novembre ont été retirés de l’appel d’offres, officiellement pour « la protection de l’intérêt public et de la souveraineté nationale ».

Cette annonce tombe à pic : le Brésil, en pleine croissance, s’interroge sur l’insuffisance de ses ressources énergétiques. Des inquiétudes émergent notamment à propos des barrages hydroélectriques (71 % de l’énergie), qui ne se remplissent pas assez. Début novembre, les habitants de Rio ont été confrontés à des tensions sur le prix du gaz, qui, ici, est notamment utilisé pour faire rouler une partie du parc automobile. Pour freiner une demande trop forte, Petrobras pourrait augmenter ses prix de 15 % à 25 %. Pour faire face à ce manque de gaz, le Brésil s’apprête à négocier de nouveaux investissements en Bolivie.

Annie Gasnier

Article paru dans l’édition du 13.11.07.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *