Croquis : des erreurs à éviter

A l’occasion du dernier croquis « l’Asie orientale, une aire de puissance multipolaire », voici un relevé de quelques erreurs. Ce sont souvent des fautes classiques, faciles à éviter !

1. Des maladresses à corriger

Il faut tout faire pour que le correcteur appréhende l’ensemble du travail dans de bonnes conditions : un titre de partie en fin de page n’est donc pas cohérent à deux titres : il est déconnecté de son contenu et oblige à tourner la page :

Attention aussi à cette règle de base : à toute information un type de figuré et un seul. Cela vaut aussi pour la nomenclature : les Etats, les villes, les océans doivent disposer de nomenclatures propres. Le bleu minuscule généralisé est donc à proscrire :

La construction de la légende vise à un minimum d’efficacité : des informations qui se recoupent doivent donc être regroupées et recevoir un figuré unique :

En aucun cas on utilise deux fois le même figurés … ou des figurés qui se ressemblent vraiment trop :

La précision des informations est toujours requises. Un flux représentés par un figuré linéaire doit clairement indiquer une provenance et une destination et ne pas s’éparpiller dans la nature :

2. Donner du sens

La hiérarchie d’un phénomène est souvent rendu par un dégradé de couleur. Celui-ci doit scrupuleusement suivre le sens induit par la couleur. Dans les exemples qui suivent, il y a contradiction entre la position de la Chine dans le processus de développement et la couleur associée (orange contre rose-rouge pour les pays en développement d’Asie du Sud-Est dans le 2e exemple) :

Le croquis doit être certes complet mais il vise à la clarté : la recherche de l’exhaustivité de l’information peut conduire à une accumulation de figurés qui rend le tout illisible. Ici, pas moins de 7 informations pour Hong-Kong :

Tout au long du programme nous traitons de dynamiques spatiales, le plus souvent en lien avec des flux mondialisés. Quelle que soit l’échelle du croquis il faut tout mettre en relation et montrer les liens qui assurent la structure de l’ensemble. Un croquis où des espaces distinct semblent à peu près coupés les uns des autres pose donc problème :

Il faut toujours faire bien attention lorsqu’on choisit son figuré parmi les trois possibles : ponctuel, linéaire, de surface. Il est rare d’avoir à hésiter car chaque famille est porteuse de signification. On ne peut donc faire de choix fantaisistes au risque d’apporter de la confusion. Ici, représenter les 4 dragons par un figuré linéaire est inapproprié car le figuré linéaire suggère alors un flux qui n’existe pas :

Enfin, on évitera les parties fourre tout car c’est hors sujet et cela alourdit l’ensemble :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *