Quelles pratiques ?

Carnet de bord Elearn², Module 5, Activité 4

Activités proposées

La carte mentale, un outil pertinent
La carte mentale, un outil pertinent pour le cours commun

Dans les pratiques déjà mises en place, on peur retenir plusieurs éléments qui sont à l’étude dans ce module 5. La carte mentale tout d’abord, est utilisée pour prendre des notes à partir d’une vidéo, mais aussi pour classer de l’information à partir d’un dossier documentaire et de recherche en ligne. Dans le cadre de travaux de groupe, lacarte setr de support pour l’exposé oral qui a pour objectif de mutualiser les savoirs et construire le cours. Elle peut ensuite être intégrée au cours collaboratif, sous forme de lien ou via une capture d’écran. Grâce à l’outil Mindmup, c’est également un outil collaboratif.

La construction collective de savoirs par des scénarii collaboratifs mutualisateurs s’inscrit dans une démarche de projet, mais à un stade d’initiation.

À partir de capsules vidéos initialement construites pour les révisions, des pratiques de classe inversée interviennent ponctuellement. C’est par exemple le cas pour ce cours,

Exploitation pédagogique des réseaux sociaux se fait par l’usage de Twitter. Les élèves sont amenés à produire des Tweets lors de plusieurs types de situation : pour produire de remarques ou questions en suivant une vidéo ou un exposé, pour partager de l’information lors de recherche, information agrégée dans le même temps par des outils comme Storify.

En 2014, un article de François Jourde sur l’outil ClassDojo m’a incité à le tester pour mettre en place des débats avec un aspect ludique mais où les apprenants jouent aussi le rôle d’évaluateur en déterminant eux-mêmes les critères à retenir.

Cette série d’activités est en cohérence avec les objectifs visés : développement du travail collaboratif, des compétences de recherche et d’analyse critique, de classement de l’information et de production de savoir. Toutefois, elles semblent encore insuffisantes pour répondre pleinement à tout ce que nous nous proposons de mettre en œuvre.

Aller plus loin

Les premières expériences de classe inversée restent basée sur le modèle de base, le niveau 1 si on reprend cette analyse de M. Lebrun. Il faudra donc enrichir cette activité en plaçant les élèves dans des situations plus actives. Récemment, l’intégration d’un QCM en complément d’une capsule, pour vérifier l’apprentissage, a été particulièrement apprécié des élèves. Grâce à tout l’arsenal pédagogique proposé par le site LearningApps, il sera sans doute fructueux de compléter avec des quizz, etc Il faut aussi prendre en compte une contrainte d’ailleurs assez bien analysée par les élèves eux-mêmes dès la seconde, celle de la durée. Au delà de 10 minutes, la concentration décline. cela peut nous conduire à réfléchir à des activités plus fractionnées.

L’intégration du réseau social Twitter est un premier pas dans l’initiation à l’EPA. Il reste toutefois utilisé très ponctuellement, et très peu d’élèves se l’approprient hors des moments où l’usage est spécifiquement demandé dans une consigne de travail. On pourra sans doute étendre l’usage en proposant une forme de veille via un hashtgag dédié, pour stimuler des lectures, apporter  des informations tout au long de l’année. Il faut ensuite l’articuler avec une veille via les flux rss, ce qui a commencé a se faire dans le cadre de l’Aide Personnalisée. Enfin, un forum serait sans doute bienvenue, pour garder une trace des échanges. Cet outil existe déjà, et est utilisé, via les commentaire de la plate forme Youtube. Mais il serait bien sûr plus intéressant de les regrouper sur le blog.

Malgré le succès de l’outil ClassDojo le débat est resté du domaine de l’anecdotique. Il mérite pourtant d’être davantage présent, tant il stimule la motivation des élèves, favorise la parole et l’argumentation. Il reste toutefois qu’il se prépare avec soin et surtout qu’il doit donner lieu à un usage a posteriori qui fixe les savoirs construits.

 In fine, l’analyse des outils et de leurs perspectives d’usage conforte une idée qui avait émergée il y a quelque mois : passer du blog comme support des activités d’apprentissage à Claroline Connect. L’avantage est que cette plate forme intègre une grande partie des outils requis et permet un tutorat plus facile pour l’enseignant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *