Identité publique, identité en ligne [5e – EMC]

L’identité officielle

L’identité est multiple. Elle combine l’histoire personnelle, l’environnement familial et culturel, etc. Pour l’État, c’est votre identité officielle qui importe.

  • Pouvez vous définir ce qu’est une identité officielle en fabricant une carte officielle avec tout ce qui vous semble relever du domaine public ?

Découvrez à quoi ressemble une carte en France.

  • Quels éléments diffèrent de ce que vous aviez défini ?

En France, un certains nombres de pièces sont à fournir pour l’élaboration d’une première carte.

  • Quels sont ces documents ?
  • pensez vous qu’ils soient tous nécessaires ? Sont-ils suffisants ?

L’identité en ligne : la nouvelle mine d’or

En dehors des informations officielles, on entre dans le domaine privé. C’est à chacun de déterminer ce qu’il souhaite partager ou pas. Pourtant, notre activité en ligne laisse beaucoup de traces…

Commençons par observer ce qu’on peut savoir d’un ordinateur lorsqu’on navigue.

Pourtant, le plus important, nous le donnons volontairement. Ainsi, un moteur de recherche peut conserver votre historique. Regardez ici les traces de recherches laissées par Google.

  • À quoi toutes ces informations peuvent-elles servir ?

D’après, vous, parmi les actions suivantes, lesquelles peuvent laisser des traces de votre identité ?

  • utiliser le moteur de recherche dans un site
  • rester plus ou moins longtemps sur une page web
  • télécharger et utiliser une application sur téléphone ou tablette
  • envoyer un mail
  • utiliser un assistant vocal comme Siri, Cortana ou Google Now
  • utiliser un lecteur d’empreinte digitale pour débloquer son téléphone
  • chatter
  • envoyer une photographie
  • écrire sur un blog, un site, un forum, etc
  • utiliser Skype

Prenons l’exemple du réseau social le plus utilisé, Facebook.

  • Quels sont les éléments de ce réseau qui permettent de dresser un portrait de votre identité ?

L’appétit des géant du web est immense, notamment ceux qu’on surnomme les GAFAM.

  • Pouvez-vous deviner qui se cache derrière cet acronyme ?
  • Savez-vous à qui appartient Skype, Linkedin, les téléphone Lumia, le moteur de recherche Bing, le stockage en ligne OneDrive ou encore Minecraft ?

Facebook/WhatsApp : les autorités de protection des données attentives

Législation : Après avoir racheté Instagram, Facebook a modifié les règles de confidentialité afin d’autoriser les croisements de données. En déboursant 19 milliards de dollars, Facebook s’empare de l’éditeur d’une application comptant 450 millions d’utilisateurs – et en vise 1 milliard. De quoi a priori satisfaire l’appétit de Facebook en matière de données personnelles. Une autorité de protection allemande des données recommande d’ores et déjà aux internautes de migrer vers un service plus sécurisé par crainte des croisements de données entre Facebook et WhatsApp.

La principale préoccupation des autorités concerne la collecte des données téléphoniques, le carnet d’adresses, lors de l’installation de l’application sur un terminal. Une mine d’information qu’il pourrait être tentant d’exploiter pour une finalité non prévue initialement. « La collecte de données de personnes qui n’utilisent pas WhatsApp [Ndlr : mais dont les coordonnées apparaissent dans l’annuaire téléphonique obtenu auprès des utilisateurs] est extrême et n’est pas en conformité avec la législation néerlandaise et européenne » juge Jacob Kohnstamm, qui précise qu’une décision sera rendue courant 2014.

D’après zdnet.fr

  • Qu’est-ce qu’Instagram ?
  • Combien Facebook a-t-il payé pour en faire l’acquisition ?
  • Comparé cette somme avec la richesse produite par les États. Combien de pays n’auraient pas pu réaliser cet achat ?
  • Quelle est l’inquiétude des autorités ?
  • Pourquoi cela affecte-t-il aussi les gens qui n’utilisent ni Instagram ni Facebook ?

 

screenshot_2016-11-01-12-29-47Voici une copie d’écran des conditions d’utilisations d’Instagram (novembre 2016).

  • Quels éléments peuvent donner des informations sur votre vie privée ?
  • Quelles conséquences peut-on en tirer ?

 

 

 

 

 

Un danger possible

Une assurance voulait définir ses prix en fonction des publications Facebook de ses clients

Admiral, une importante compagnie britannique, comptait établir le profil psychologique de ses clients à partir de Facebook, pour définir le prix de leur assurance automobile.

« Nous voulons nous assurer que les conducteurs prudents obtiennent le meilleur prix possible. Pour cela, nous regarderons dans votre profil Facebook pour nous permettre de mieux comprendre le type de conducteur que vous êtes. » C’est écrit noir sur blanc sur le site d’Admiral, une des plus importantes compagnies d’assurance britanniques : celle-ci veut se connecter aux comptes Facebook de ses clients pour déterminer le prix de leur assurance automobile. « Il a été prouvé qu’il existe un lien entre la personnalité et la façon de conduire, et notre technologie intelligente nous permet de prédire qui est plus à même d’être un conducteur prudent. » Mais Facebook a bloqué in extremis ce projet, en contradiction avec ses règles d’utilisation.

Avant d’être bloqué, le programme était très avancé. Dans son fonctionnement, les individus perçus comme consciencieux et bien organisés étaient avantagés : le programme automatique considère que certains critères sont représentatifs de ces traits de caractère, comme par exemple « écrire des phrases courtes et concrètes, faire des listes et organiser ses rendez-vous avec ses amis de façon précise, pas seulement en disant “ce soir” ». Le programme devait aussi repérer les personnalités qu’il jugerait trop sûres d’elles, si elles utilisent beaucoup de points d’exclamation et fréquemment des mots comme toujours ou jamais plutôt que peut-être.

 

D’après lemonde.fr, novembre 2016

  1. En fonction de quoi l’entreprise voulait-elle définir le prix de l’assurance ?
  2. Pourquoi cela peut-il représenter un danger ?

Comment se prémunir ?

Si on souhaite conserver une activité sur le web et les réseaux sociaux, il convient d’adopter de bonnes pratiques. La Commission Informatique et Libertés propose sur son site des conseils guidés. Réunissez par groupe pour travailler sur les thèmes suivants. Vous proposerez ensuite un résumé pour vos camarades.

Les thèmes :

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *