Les territoires ultra-marins français : une problématique spécifique [3e G.2.2]

Avertissement : Ce billet correspond à la partie traitée en français pour la Section Internationale. Il ne s’agit pas d’un cours complet mais de compléments.

Pour le Brevet

Je sais faire

  • me repérer dans l’espace à différentes échelles
  • coopérer et mutualiser
  • raisonner puis argumenter pour défendre mes choix
  • m’informer dans le monde du numérique
  • pratiquer différents langages

Je sais me repérer dans l’espace

  • les territoires ultra-marins

Je connais le vocabulaire de la leçon

  • aléa naturel
  • insertion régionale

 

I. Des terres à risque

Utilisez la carte interactive du Plan de Prévention des Risques Naturels de la Martinique :

  1. relevez et définissez les principaux risques naturels.
  2. s’appliquent-ils tous aux mêmes espaces de l’île ?
  3. réalisez un schéma pour résumez la situation des risques naturels en Martinique

Qui s’occupe de la gestion du risque ? Donnez des exemples. Comment la population est-elle sensibilisée ? Comment les risques sont-ils particulièrement gérés à Rivière Salée ?

II. les enjeux du développement durable

Évaluation des problèmes.

Utilisez le document ci dessous pour dresser la liste des problème sous forme de carte mentale.

Le fonctionnement trop sectoriel des politiques locales
En amont, de nombreux efforts restent à faire en matière de gouvernance car, force est de constater une faiblesse des politiques publiques locales. En effet, le manque de lisibilité sur la définition des orientations des acteurs œuvrant pour la croissance verte handicape fortement le développement de la Martinique. Par conséquent, les actions engagées par les collectivités et les diverses instances du territoire manquent de coordination. […] Le manque de cohérence des politiques publiques constitue, alors, une faiblesse dans la prise de décisions et la mise en place d’une vraie politique de développement durable.

Des dispositifs nationaux inadaptés à la situation locale
De même, la réglementation et les normes en vigueurs ne correspondent pas toujours aux exigences de la situation locale. Il existe une myriade d’obligations réglementaires qui d’une part, créent une
confusion dans les principes à adopter et d’autre part, ne sont pas toujours respectées et adaptées au contexte martiniquais. De fait, ce manque de clairvoyance juridique enraye la capacité des politiques locales à assurer concrètement l’innovation. Par exemple, l’absence de système de certification en Martinique constitue un frein à la production locale. […]

Inadéquation des équipements
Par ailleurs, le développement de la Martinique est entravé par une défaillance des équipements qui ne sont pas toujours opérationnels ni compatibles avec une politique qui se veut durable. Un
certain nombre d’équipements utilisés aujourd’hui consomment beaucoup d’énergie à la production ce qui rentre en contradiction avec le besoin exprimé d’une consommation plus respectueuse de
l’environnement. Recycler le matériel non conforme représente une autre difficulté puisque, malgré de nombreux efforts déjà consentis en matière de traitement de déchets notamment, les filières de
recyclage sont insuffisantes en Martinique. D’autre part, les infrastructures pouvant recevoir un potentiel énergétique important manquent ou sont inexistantes. […]

Faiblesse des formations d’avenir
Aussi, malgré une volonté notable du Conseil Régional d’intégrer les objectifs du développement durable dans le développement de la Martinique, beaucoup d’efforts restent à faire au niveau de la
formation aux métiers relatifs à la transition énergétique. La Martinique s’engage dans une nouvelle orientation qui va engendrer la création de nouveaux métiers, notamment dans le secteur énergétique. Or, le personnel qualifié pour répondre à cette problématique est à ce jour insuffisant.

Un mix énergétique dépendant de produits fossiles
De plus, la Martinique peine à parvenir à une consommation plus respectueuse de son environnement. Du fait de son caractère insulaire, […]  la Martinique est encore fortement dépendante des produits pétroliers. Elle ne dispose d’aucune ressource énergétique fossile interne et se trouve en conséquence plus fortement exposée aux variations du prix de l’énergie et confrontée à un prix de production d’énergie bien supérieur à la moyenne nationale. D’autant plus que la demande en énergie ne cesse de croitre avec l’essor de nouveaux besoins dans un contexte de mondialisation. A titre d’exemple, le transport de marchandises et de personnes représente une part importante dans la consommation d’énergie fossile contribuant à l’émission de gaz à effet de serre. Pourtant, le potentiel des énergies renouvelables disponible demeure encore largement sous-exploité.

Dégradation des milieux marins et terrestres
Enfin, la préservation de l’environnement constitue l’un des enjeux primordiaux de la politique de développement durable de la Martinique. Pourtant, les espaces maritimes ou terrestres sont souvent sujets au dépôt de déchets et des réceptacles d’une pollution certaine portant atteinte à sa faune comme à sa flore. […]

Source : agence martiniquaise de l’énergie

Quelle réponse ?

Présentez les acteurs du développement durable à partir de ce site. et de la vidéo ci-dessous. Que proposent-ils en terme de développement durable ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *