La France et l’Europe dans le monde [3e G.3.2]

Avertissement : Ce billet correspond à la partie traitée en français pour la Section Internationale. Il ne s’agit pas d’un cours complet mais de compléments.

Pour le Brevet

Je sais faire

  • me repérer dans l’espace à la fois français, européen et mondial
  • analyser et comprendre un document
  • raisonner en maniant diverses échelles d’analyse

Je connais le vocabulaire de la leçon

  • géopolitique
  • influence culturelle
  • soft power
  • États francophones (avec des exemples)

Je sais expliquer

  • la place de la France dans le monde
  • les aspects géopolitiques, culturels et économiques de l’influence française

I. La France dans le monde : présence et influence

À travers ces premiers documents, comment voit-on la présence française dans le monde ?

 

II. Une influence géopolitique

Relevez les différents éléments de la présence géopolitique française dans le monde ? En quoi sont-ce des outils d’influence pour mener sa politique ?

 

III. Le soft power

Sur le site de l’Organisation Internationale de la Francophonie, relevez les informations suivantes : nombre de francophones dans le monde, exemples d’États francophones, nombre d’États membres de l’OIF, qui est Secrétaire Général. Sur le site d ‘AEFE, combien y a-t-il d’établissements français dans le monde ? Que nous montre ce site sur la présence culturelle française dans le monde ?

Pour Joseph Nye, il s’agit d’une nouvelle forme de pouvoir dans la vie politique internationale contemporaine, qui ne fonctionne pas sur le mode de la coercition (la carotte et le bâton), mais sur celui de la persuasion, c’est-à-dire la capacité de faire en sorte que l’autre veuille la même chose que soi. Selon Joseph Nye, le soft power ou la puissance de persuasion reposent sur des ressources intangibles telles que l’image ou la réputation positive d’un État, son prestige (souvent ses performances économiques ou militaires), ses capacités de communication, le degré d’ouverture de sa société, l’exemplarité de son comportement (de ses politiques intérieures mais aussi de la substance et du style de sa politique étrangère), l’attractivité de sa culture, de ses idées (religieuses, politiques, économiques, philosophiques), son rayonnement scientifique et technologiques. La place d’un État au sein des institutions internationales lui permettant de contrôler l’ordre du jour de ses débats (et donc de décider de ce qu’il est légitime de discuter ou non) et de figer des rapports de puissance au moment où ils lui sont le plus favorables.

Wikipedia, article Soft Power, mai 2018

En quoi les éléments culturels défendus par la France renforcent-ils son soft power ?

IV. Un rôle économique

Que peut-on dire de la place de la France dans le monde d’après ce classement ?

Quelles activités définies par les documents 3 page 381 et 3 page 389 contribuent à cette position ?

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *