Activité 1 – Villes en croissance

Croissance urbaine, étalement urbain, inégalités socio-spatiales

I. Croissance et étalement

  1. Décrivez la croissance de Ouagadougou à partir du document 1 (source) et de cet article, en précisant quelles zones progressent le plus et pourquoi.
  2. Mesurez spatialement cette croissance.
  3. Quel est le taux de croissance de Ouagadougou ? Si ce taux ce maintient, et à partir de la population actuelle, calculez combien il y aura d’habitants en 2050 et en 2100 (astuce : utilisez un tableur).
  4. Quel est le rôle de l’État dans les aménagements de la ville ?
  5. Décrivez la croissance de Sai Gon / Hô Chi Minh Ville à partir du document 2
  6. Quels sont les points communs et les différences ?
  7. Comment les document 3 et 4 nous permet-il de définir d’une part la « croissance urbaine » et d’autre part « l’étalement urbain » ?

Sélection_426
Document 1

Document 2
Document 2

Document 3 – Émission « 7 milliards de voisins »

7 Milliards de voisins

Document 4

Le développement urbain de Ouagadougou en 2009 doit être replacé dans le contexte du processus d’urbanisation au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest. Ayant amorcé tardivement son mouvement de « transition urbaine», le Burkina Faso ne comptait que 22,7 % de population urbaine au recensement de 2006, ce qui en fait un des pays les plus ruraux d’Afrique de l’Ouest. […] Mais le pays connaît aujourd’hui une accélération de sa croissance urbaine, avec un taux de 7,1% sur la période 1996- 2006 et une progression également significative de la primauté urbaine de Ouagadougou, dont le taux de croissance sur la même période est de 7,6%. […] Eu égard à l’importance de la migration (nationale et internationale), à la structure démographique de la population ouagalaise, migrante et non migrante, marquée notamment par une surreprésentation des femmes jeunes en âge de procréer et par une meilleure maîtrise de la mortalité infantile dans un contexte urbain qui compense une fécondité par ailleurs plus faible la croissance démographique de Ouagadougou est particulièrement soutenue. Autre paramètre important, l’expansion territoriale de la ville de Ouagadougou est au moins aussi rapide -sinon plus- que l’accroissement de la population. la ville s’étend rapidement, pour différentes raisons. Une raison démographique tout d’abord: le nombre de ménages semble augmenter plus vite que la population elle-même, ce qui accroît les besoins en logements et donc la pression sur le marché du logement, en particulier sur l’habitat auto-construit en périphérie de la ville.[…] D’autres facteurs interviennent, qui sont liés à la configuration de la ville et aux modalités de production des espaces urbains. Ainsi, le caractère isotrope du site urbain de Ouagadougou (plat, rural et dénué d’obstacles à l’urbanisation) est favorable à une expansion sans limite de la ville. D’autre part, l’option résidentielle favorite des Ouagalais étant de devenir propriétaire d’une maison, beaucoup privilégient, logiquement, la recherche d’une parcelle nue où bâtir leur logement, ce qui n’est possible qu’en périphérie, le seul endroit où il est facile, informellement, d’accéder à un terrain. […] Enfin les normes de construction, qu’il s’agisse des espaces résidentiels ou des espaces non résidentiels (administrations, commerces, entreprises … ), se font souvent sur des parcelles étendues, fréquemment sous-utilisées, ce qui explique qu’on trouve des densités particulièrement basses dans les espaces centraux et péricentraux de la ville , ce « gaspillage» relatif de l’espace urbain contraignant les population et les entreprises à chercher des solutions de repli en périphérie, de plus en plus loin du centre.

Développement urbain et mobilités à Ouagadougou, Vincent Gouëset , IRD 2009

 II. Les inégalités

Dans cette partie les deux villes seront successivement analysées avec la même interrogation. Il s’agit bien sûr d’éviter que chaque membre du groupe ne réalise que l’étude qui concerne « sa » ville. Aussi, la première étude reste classique mais sert à mettre en avant des informations à ré-exploiter dans la 2e.

A. Ouagadougou

La ville de Ouagadougou se développe entre espaces « non lotis » et grands projets, comme celui de Ouaga 2000.

Plan de Ouagadougou
Plan de Ouagadougou

Centre ville
Centre ville

Périphérie
Périphérie

À partir des documents ci dessus et de l’émission « 7 milliards de voisins » :

  1. Où trouve-ton de l’habitat « non loti » et quelles sont ses caractéristiques ?
  2. Quelles difficultés les habitants rencontrent-ils ?
  3. Combien d’habitants vivent sous le seuil de pauvreté ?
  4. À l’inverse, comment se présentent le quartier central, Ouaga 2000 ou encore la zone du bois ?
  5. Pourquoi peut-on parler d’inégalités socio-spatiales ?
B. Hô Chi Minh Ville

L’analyse […] montre qu’un faible niveau d’éducation, un état de pauvreté ainsi que, dans une moindre mesure, un âge élevé du répondant (> 60 ans) et une localisation dans la partie périphérique de la ville, sont des facteurs qui sont associés de manière significative à une situation « mauvaise » concernant l’environnement immédiat et la qualité d’habitation. Un niveau professionnel élevé chez le répondant constitue au contraire un facteur qui est associé à de meilleures conditions environnementales d’habitation. […] Le fait d’avoir un niveau d’éducation élevé (plus de 12 années de scolarisation), d’être assez jeune (36-45 ans), de résider dans la partie centrale de la ville […] et enfin d’être migrant (installé depuis moins de 5 ans et demi sur son lieu actuel de résidence) sont des facteurs qui sont associés à de bonnes conditions d’environnement de quartier.

[…] Comme d’autres résultats semblent montrer l’existence, […] d’une tendance à l’évitement des quartiers à mauvaise qualité environnementale chez les répondants assez jeunes (36-45 ans) et/ou ayant un niveau d’étude élevé, on est amené à conclure qu’un processus de mobilité résidentielle tenant compte de critères environnementaux, […] est effectivement en train de se dessiner dans les villes du Viêt-nam.

 

Nguyen Thi Thiêng , Pierre Morand et Patrick Gubry,

Migration, pauvreté et environnement urbain à Hanoi et Hô Chi Minh Ville, 2011 (source)

  1. Quels sont les critères qui distinguent les habitants ?
  2. Comment cela se traduit-il dans la géographie de la ville ?
  3. Comment ce sitecelui-ci, ou encore celui-là témoignent-ils des transformations récentes de la ville ?
III. Espace vécu

Une carte collaborative est à construire : placez y l’endroit où vous vivez avec une épingle bleue (sans mention de nom).Le lien pour éditer la carte sera communiqué par mail.

Voir en plein écran

Prenez une photographie de votre espace proche, insérez là dans le document de travail et commentez là en répondant à la problématique : ce paysage témoigne-t-il de la croissance urbaine et de l’étalement urbain ?

Twittez cette image avec une phrase qui résume une idée développée dans le commentaire.

Retour au Syllabus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *