Les villes à l’échelle mondiale : le poids croissant des métropoles

Thème 1 – La métropolisation:un processus mondial différencié

Chapitre 1 – Les villes à l’échelle mondiale : le poids croissant des métropoles

Compléments au cours

Voir quels sont les repères spatiaux de ce thème 1

Un monde urbain

La ville est aussi un imaginaire. Quels éléments de définition se dégagent des documents ci-dessous :

Observez ce graphique interactif de la Banque mondiale [Lien] :

Le taux d’urbanisation à l’échelle mondiale devrait atteindre 68% en 2050 selon l’ONU.

Le concept de ville mondiale s’est développé à partir du début des années 1990. Aujourd’hui, plusieurs classement existent comme celui d’ATKearney ou celui produit par le Global power city index.

La mégalopole du nord-est des États-Unis

Quelques documents de complément au dossier du manuel pour bien sentir la concentration des fonctions d’échelle mondiale :

Londres, ville mondiale

Un tour en drone pour appréhender la skyline londonienne

Cartographie numérique : la carte des métropoles mondiales

Le département Population de l’ONU propose des statistiques exploitables. Ainsi sur cette page, dans l’onglet « Urban and Rural Populations », le fichier File 1: Population of Urban and Rural Areas at Mid-Year (thousands) and Percentage Urban, 2018 peut être ouvert dans un tableur et nettoyé pour ne laisser apparaître que les données de l’année en cours et par pays. Vous pouvez le faire ou le télécharger déjà nettoyé. Ce fichier est au format csv afin d’être facilement interprété par un logiciel de cartographie.

Il est ensuite possible de les visualiser dans un logiciel de cartographie numérique en ligne comme Magrit :

  • Démarrer un nouveau projet
  • Dans « import des données » choisir « Sélection d’un fond de carte d’exemple » puis « Pays du monde (polygones)
  • Dans « import des données » choisir « Ajout d’un jeu de données » et choisir le fichier CSV
  • Accepter la jointure pour faire le lien entre les polygones et les données du tableur. Choisir les champs « NAMEen » et « pays »
  • Dans « Choix de la représentation » sélectionner une carte de ratio. Puis, dans le menu déroulant, aller chercher « Pop urbaine » et faire dessiner la carte.

On peut ensuite ajouter les grandes agglomérations. Dans le 2e onglet du site utilisé, appelé « Urban Agglomerations », on peut de même utiliser le premier fichier proposé en le nettoyant. Comme précédemment on ajoute une couche de donnée. On prendra bien soin de choisir « stock » pour le champ « Population Mégapole ». Ainsi, cette fois, dans le choix de la représentation on choisit une caret de stocks pour obtenir des cercles proportionnels à la taille des métropoles.

Délimiter les métropoles

Le cas du Brésil

Quelle organisation des espaces métropolitains ces documents montrent-ils ?

Classer les villes mondiales

La ville mondiale fait l’objet de définitions variées : le débat porte notamment sur les critères à intégrer et la manière de les mesurer. Deux classements font référence : celui du cabinet de conseil américain ATKearney, et le Global power city index qui prend en compte plus de 70 indicateurs.

La métropolisation : un processus mondial différencié

Thème 1 – La métropolisation:un processus mondial différencié

Chapitre 2 – Des métropoles inégales et en mutation

Compléments au cours

Mumbai

Une vidéo avec quelques moments intéressants pour travailler sur les perceptions (externes et internes) du slum et apercevoir l’activité économique et de service

Des métropoles en croissance

Pour l’évocation des densités, il faut prendre conscience de ce qu’est un km² :

Pour l’exemple des Shrinkings cities, voir les documents de ce dossier.

Ho Chi Minh-Ville I : de l’étalement….

Importez ces fichiers klm dans GoogleEarth ou uMap pour décrire l’évolution de la métropole vietnamienne.

Des métropoles fragmentées

Le cas de Baltimore : Quelle image de la ville nous donne à voir cette vidéo promotionnelle ?

Cette visualisation du recensement ethnique et cette carte interactive nous renvoient-elles la même image ? Les efefts de la fragmentation sont abordés dans l’excellente série The wire (2002-2008).

Ho Chi Minh-Ville II : … à la verticalisation et la spécialisation

Poursuivez la carte numérique de Hô Chi Minh-Ville en ajoutant ces fichiers. Comment la ville se développe-t-elle aujourd’hui ?

Quelle politique de développement durable ?

Premier défi et non des moindres : la maîtrise de l’étalement urbain. Après l’ouverture économique […] lancée en 1986, nombre de migrants se sont dirigés vers la ville pour y trouver un emploi plus rémunérateur qu’en milieu rural. Dans les années 1990 et au début des années 2000, les migrations urbaines se sont accentuées avec le développement du secteur industriel et des services. […]

L’apparition de ces quartiers informels et sous-équipés a entraîné de graves problèmes de salubrité et de déplacements. Il faut aujourd’hui accompagner le développement de ces zones par le financement d’équipements de services et d’infrastructures de base : accès à l’eau potable, assainissement, gestion des déchets, transports, écoles, hôpitaux…

[…] Le schéma directeur de la ville, approuvé en janvier 2010, propose une vision pour 2025. Ses grandes orientations consistent en un élargissement et une modernisation du centre-ville, la construction du nouveau quartier de Thu Thiêm, projet urbain phare sur l’autre berge de la rivière Saigon, et bientôt à Thanh Da, le développement de polarités secondaires ou encore le renforcement du réseau de transports collectifs.

[…] La ville a choisi de réaménager le centre-ville et de créer des zones secondaires sous la forme de villes nouvelles à l’image de Phu My Hung au Sud et du projet ultra-moderne de Thu Thiêm, conçu comme l’un des outils stratégiques du développement de la ville. Les autorités vietnamiennes souhaitent ainsi envoyer un signal fort aux investisseurs étrangers et aux grandes entreprises internationales pour montrer leur capacité à faire d’Hô-Chi-Minh-Ville un centre économique et financier international attractif. […] Il prévoit une population résidentielle de 130 000 habitants et un déplacement de 220 000 personnes chaque jour pour y travailler.

Le projet permettra de relier la rive orientale de la rivière Saigon avec le reste de la ville. Avant les travaux, le site était très rural et la zone, marécageuse, accueillait des cultures inondées et des espaces dédiés à la pisciculture. Il a fallu l’assécher, comme cela avait été fait à Phu My Hung, quartier résidentiel et commercial sorti de terre ces dix dernières années au sud de la ville. A ce jour, un tunnel et un pont ont été réalisés pour relier Thu Thiêm au reste de la ville. Quatre autres ponts ainsi qu’une ligne de métro sont en cours de construction ou de planification. Il est également prévu un ferry, un taxi fluvial ainsi qu’un réseau de bus propres.

Il est à noter un aspect important nouvellement pris en compte par les autorités locales : les espaces naturels auront toute leur place dans l’aménagement de la péninsule. Dans une ville qui subit des inondations périodiques et dont 65 % du territoire est situé à moins d’un 1,50 m au-dessus du niveau de la mer, il est essentiel que les politiques de développement urbain prennent en compte l’impact du changement climatique. A Thu Thiêm notamment, cela se traduira par la conception d’une ceinture verte le long des berges de la rivière. Autre nouveauté : l’aménagement d’espaces publics, qui porte une attention particulière aux piétons. […]

Plus de 6 millions de motos et plus d’un demi-million d’automobiles sont immatriculés à HCMV. L’augmentation du niveau de vie des ménages et l’apparition d’une classe moyenne ont entraîné une croissance significative de l’achat de voitures […]. Inévitablement, saturation du trafic, pollution et insécurité routière ont fait leur apparition dans des proportions désastreuses. Le nombre d’accidents de la route est en hausse et touche une population jeune. […]

Les transports en commun actuels, qui comprennent une centaine de lignes de bus, ne répondent aujourd’hui qu’à 7 % des besoins de déplacement, malgré une amélioration de l’offre ces 10 dernières années. […] L’objectif fixé par les autorités est d’atteindre 25 % de déplacements en transport public d’ici 2020 et 60 % après 2030. Le schéma directeur des transports prévoyait en 2013 de doter HCMV, à l’horizon 2030, de 8 lignes de métro de type MRT (Mass Rapid Transit) dont 3 sont actuellement financées par des bailleurs de fonds et de deux monorails, complétés par 6 lignes de bus (BRT, Bus Rapid Transit). […]

Un projet de métro et plus encore, la construction d’un réseau de transports aussi ambitieux que celui envisagé à Hô-Chi-Minh-Ville, requiert des investissements très lourds atteignant plusieurs milliards de dollars. Selon le Paddi, la réalisation de ces équipements coûterait plus de 18 milliards de dollars, dépassant très largement les capacités d’investissement de la ville. C’est pourquoi les pouvoirs publics sont dans l’obligation de diversifier les financements avec l’aide publique au développement mais aussi ceux issus du secteur privé.

A ces limites financières s’ajoute le problème de la réserve foncière, inexistante ou presque, et donc la gestion des expropriations et des indemnisations qui leur sont liées. Il faut trouver des terrains pour les dépôts, les arrêts, les stationnements ou agrandir les voies, notamment pour accueillir le réseau de bus en site propre.

La ville a également prévu de se doter de taxis électriques afin de diminuer l’empreinte environnementale sur les routes et réduire les coûts de transport. […]

Moderniser Hô-Chi-Minh-Ville a bien souvent été synonyme de destruction du patrimoine architectural. Même si certains bâtiments datant de l’époque coloniale ont été restaurés et classés monuments historiques comme le siège du Comité populaire, l’Opéra ou la Poste, de nombreuses maisons coloniales françaises n’ont pas échappé à la démolition. Le souhait d’une architecture moderne et l’émergence de gratte-ciels à l’image de la tour Bitexco en plein centre-ville ont entraîné un profond renouvellement du paysage urbain existant. […]

Asialyst, juin 2016 [Source]

Questions :

  1. Quels sont les facteurs de la croissance de Hô Chi minh-Ville ?
  2. Quels problèmes cela engendre-t-il ?
  3. Quels projets tentent d’y répondre ?

Synthèse : À partir de la carte et de votre analyse produisez un croquis de synthèse.

L’Europe entre restauration et révolution (1814-1848)

Thème 1 – L’Europe face aux révolutions

Chapitre 2 – L’Europe entre restauration et révolution (1814-1848)

Compléments au cours

PPO 1 – 1815 : Metternich et le congrès de Vienne.

Une réflexion et une mise en perspective historique de l’influence du Congrès de Vienne par trois hommes politiques français qui ont pensé les relations internationales de la France.

La Restauration en France

Le retour de la monarchie après la chute de Napoléon traduit son idéologie en images :

La Charte modifiée de 1830

Étudiez les modifications apportées à la Charte de 1814 suite aux « trois glorieuses » de juillet 1830 : quelle évolution de la monarchie cela traduit-il ?

  • La religion catholique cesse d’être qualifiée de « religion de l’État » ; elle est toutefois reconnue comme religion « professée par la majorité des Français ».
  • La mention des lois « qui doivent réprimer les abus de [la] liberté » de la presse est supprimée. Il est ajouté que : « La censure ne pourra jamais être rétablie ».
  • La possibilité pour le roi de faire des ordonnances pour « la sûreté de l’État » est supprimée. Seul est maintenu le pouvoir réglementaire d’exécution des lois en précisant qu’il ne peut « jamais ni suspendre les lois elles-mêmes ni dispenser de leur exécution ». Il est précisé en outre qu’« aucune troupe étrangère ne pourra être admise au service de l’État qu’en vertu d’une loi ».
  • L’initiative des lois, autrefois monopole du roi est désormais partagée entre le roi et les chambres.
  • Le mandat des députés est ramené à 5 ans. L’âge d’éligibilité est ramené de 40 à 30 ans . L’âge d’électorat est ramené de 30 à 25 ans. Parallèlement, le montant du cens d’élection et d’éligibilité cesse d’être fixé par la Charte et est renvoyé à la loi électorale.
  • La mention de la prestation du serment royal « dans la solennité [du] sacre » est supprimée.
  • Le nouvel article 67 rétablit les trois couleurs.

Source Wikipedia

Le sentiment national en Italie

Repères :

  • 1815 : la Congrès de Vienne laisse l’Italie morcelée
  • 1820 : premiers soulèvements organisés par l’association des Carbonari qui s’opposent à la présence autrichienne
  • 1830 : l’un des dirigeants, Mazzini, envoyé en exil ‘Suisse, Lyon, Marseille)
  • 1831 : Mazzini créé le mouvement « Jeune Italie » (Giovine Italia) pour l’unité et l’indépendance italienne

Nous sommes un peuple de vingt et un à vingt deux millions d’hommes, désignés depuis un temps immémorial sous un même nom, celui de peuple italien, renfermés entre les limites naturelles les plus précises que Dieu ait jamais tracées, parlant la même langue, ayant les mêmes croyances, les mêmes mœurs, les mêmes habitudes, fiers du plus glorieux passé politique, scientifique, artistique, qui soit connu dans l’histoire européenne, ayant deux fois donné à l’humanité un lien, un mot d’ordre d’unité, une fois par la Rome des empereurs, une autre, quand les papes n’avaient pas encore trahi leurs missions, par la Rome papale…

Nous n’avons pas de drapeau, pas de nom politique, pas de rang parmi les nations européennes. Nous n’avons pas de centre commun, pas de pacte commun, pas de marché commun. Nous sommes démembrés en sept Etats…Un de ces Etats, comprenant à peu près le quart de la péninsule, appartient à l’Autriche ; les autres, quelques-uns par des liens de famille, tous par le sentiment de leur faiblesse, en subissent l’influence. »

Mazzini, « L’Italie, l’Autriche et le Pape », in Revue indépendante, septembre 1845

  1. Selon Mazzini quels éléments définissent l’existence d’un peuple italien ?
  2. Quelle est la situation de ce peuple en 1845 selon Mazzini ?
  3. Que peut-on deviner de ce qu’il souhaite ?