uMap

uMap est un service et décentralisé de d’édition et de partage de cartes. On peut ajouter des points, des lignes et des zones, avec la possibilité d’y joindre du texte, des images, des liens, des vidéos.

Créer et partager une carte

Avant de commencer, retenez bien que vous obtiendrez deux liens :

  • un lien d’édition qui permet de modifier la carte, et qui est à conserver (par exemple en se l’envoyant par mail) ;
  • un lien de consultation qui permet de voir la carte sans pouvoir la modifier.

Après avoir cliquer sur le bouton « Créer une carte », cliquez sur le petit crayon qui se trouve en haut à gauche à côté du titre pour donner un nom significatif à votre projet (Fig. 1). Puis, à droite, dans la barre d’édition avec les icônes sur fond noir, cliquez sur la clé pour obtenir le lien d’édition (Fig. 2). Enfin, dans la barre d’outils à droite, cliquez sur l’icône de partage pour connaître le lien permettant de diffuser la carte (Fig.3).

Utiliser les outils de base

Les outils d’édition se trouvent sur la barre de droite, qu’il faut éventuellement ouvrir par l’icône du petit crayon. Les outils de bases se distinguent en haut : point, ligne, polygone. Chaque élément peut être noééé et décrit (Fig. 4). En dessous du champ de description, des menus permettent de modifier l’apparence, par exemple l’apparence dans « Propriétés de la forme » (Fig. 5) ou encore la possibilité de faire apparaître le titre en permanence dans « Propriétés d’interaction ».

Pour aller plus loin, on peut insérer des médias (fig. 6). Mais attention, uMap est un service libre et gratuit, ses serveurs ne peuvent héberger des images ou des vidéos. Il faut donc disposer de l’adresse de média en ligne et les insérer avec un code particulier qui est rappelé dans l’information qui apparaît quand on clique sur le « ? » derrière « Description » (Fig. 7).

La France : des milieux métropolitains et ultramarins entre valorisation et protection [2nde – G 1.3]

Thème 1 – Sociétés et environnements : des équilibres fragiles

Chapitre 3 – des milieux métropolitains et ultramarins entre valorisation et protection

I. La diversité des milieux

Compléter la carte distribuée avec vos repères de 3e avec les éléments suivants :

  • Les chaînes de montagnes : Alpes, Corse, Jura, Massif central, Pyrénées, Vosges
  • Les grands fleuves français : la Garonne, la Loire, le Rhin, le Rhône, la Seine
  • Les mers et océans qui bordent le territoire métropolitain et les DROM : Manche, océan Atlantique, mer Méditerranée, mer des Caraïbes, océan Indien
  • Les domaines bioclimatiques de la France métropolitaine et des DROM : méditerranéen, océanique, océanique atténué, continental, montagnard, tropical

L’objectif de l’exercice est double :

  1. Revoir les repères de 3e
  2. exercer sa qualité graphique

II. Gérer la forêt

Consigne : dans cette partie, vous classerez les informations concernant la gestion de la forêt de fontainebleau et du par amazonien de Guyane dans une carte mentale.

La forêt de Fontainebleau s’appréhende d’abord par les cartes, notamment vie Geoportail. Sur la carte IGN, ajoutez, via la cartothèque qu’on fait apparaître à gauche, la couche Carte forestière V2 afin de comprendre la diversité biologique de cet espace. Pour le parc amazonien de Guyane, explorez la cartothèque interactive proposée.

Fontainebleau est une forêt domaniale administrée par l’Office National des Forêts (ONF). Sur le site web de celui-ci, recherchez les informations relatives à la gestion de la forêt, notamment ses quatre fonctions. Le parc amazonien de Guyane est lui un parc national. Quels sont les différences de gestion de chacune de ces deux forêts et à quels usages les acteurs publics les destinent-elles ?

Qu’en est-il des acteurs privés, en terme touristique et culturel ou économique (traditionnel ou contemporain) ? Quels autres acteurs interagissent au niveau des dangers légaux et environnementaux ? Ces forêt sont aussi des lieux que les habitants doivent défendre, en Guyane comme à Fontainebleau.

III. L’adaptation aux changements climatiques

Suivre la synthèse du professeur par une écoute active et en appliquant la prise de note. Plusieurs ressources externes seront exploitées : la page du site web du gouvernement sur le Plan Climat, une présentation de l’accord de Paris de 2015, le site Géorisques du Ministère de la Transition écologique et notamment sa carte interactive et enfin le Conservatoire du littoral.

Des ressources majeures sous pression : tensions, gestion [2nde – G 1.2]

Thème 1 – Sociétés et environnements : des équilibres fragiles

Chapitre 2 – Les sociétés face aux risques

Objectifs de la séquence

Je maîtrise des concepts :

  • Énergie non renouvelable (EnR)
  • Énergie renouvelable
  • Transition énergétique
  • L’interaction des acteurs

Je développe le raisonnement géographique :

  • La prise en compte du rôle des acteurs
  • Étudier un phénomène à plusieurs échelles

L’évaluation : prise en compte du travail de groupe : contenu, expression orale, expression écrite, capacité à travailler de manière collaborative (écouter, proposer, aider)

Introduction

Le site Our world in data propose des graphiques intéressants sur la production et la consommation d’énergie [PDF]. Ces données sont à mettre en relation avec les cartes des densités et du PIB par habitant de la leçon précédente. Quels enjeux autour des ressources énergétiques se dessinent à travers la confrontation de ces documents ?

À noter : on peut approfondir avec les visualisations interactives du mix énergétique.

La question énergétique dans le monde

Cette séquence vise à développer vos compétences dans différents domaines :

  • Travailler de manière collaborative ;
  • S’exprimer à l’oral ;
  • S’informer dans le monde numérique ;
  • Écrire en maîtrisant un vocabulaire technique.

Consignes :

  1. Composition de groupes pour traiter les différentes questions.
  2. Travaux des groupes [1h30].
  3. Exposés concis pour présenter le bilan des recherches [40 mn].
  4. rédaction des paragraphes pour construire un cours mutualisé [30 mn].

Point Éducation aux media

Le sujet est sensible car les enjeux économiques et géopolitiques sont énormes. Ainsi, si certains média tâchent de garder une ligne directrice neutre, d’autres défendent des intérêts et avancent des arguments qu’il faut aussi entendre. À l’opposé, certains média sont réellement partisans – et peuvent participer à la désintermédiation – et il faudra apprendre à les repérer.

1. La stratégie d’un acteur étatique : la politique énergétique de l’Allemagne

Problématique : comment l’Allemagne entend-elle gérer sa sécurité énergétique tout en prévoyant la double sortie du nucléaire et du charbon et le respect des accord internationaux ?

Des données et documents peuvent être exploitées sur la page « Germany » de Our Wourld in Data. L’Allemagne s’est engagée depuis 2010 dans une transition énergétique, nommée « Energiewende« , qui doit tenir compte des composantes écologiques et sociétale, notamment liées à l’emploi automobile et dans les mines. Il s’agit aussi d’une question liée à l’équilibre des forces politiques puisqu’il faut compter avec les écologistes et des débats à l’échelle locale.

2. Les enjeux de la transition énergétique

Problématique : la transition énergétique, qui consiste sortir des énergies classiques comme le pétrole et le charbon, devient un horizon commun mais quels en sont les enjeux économiques, sociétaux et environnementaux ?

Consigne particulière : ce thème oppose deux groupes, l’un qui défend l’énergie nucléaire et l’autre des énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermique, hydrogène). Il s’agit de savoir comment on va aménager une commune située au sud de Saint Nazaire. Chaque groupe doit présenter et coordonner des arguments d’acteurs variés à différentes échelles.

Groupa A : la défense du nucléaire

L’énergie nucléaire peut être défendu par l’État au nom de la souveraineté énergétique et des régions pour fournir de l’électricité aux différentes activités, de l’emploi et sans rejet polluant C’est aussi un atout économique et un savoir-faire qui s’exporte. De plus, il reste des réserves d’uranium. A contrario, les champs éoliens peuvent poser des problèmes pour la vie des habitants, en terme de santé et de pollution visuelle. De plus, des études suggèrent qu’ils altèrent les vents et leur construction induit de la pollution.

Groupe B : la défense des énergies renouvelables

Le nucléaire est coûteux et potentiellement dangereux. On ne traite que partiellement les déchets qu’ils faut enfouir. L’éolien ou le solaire ont prouvé leur fiabilité et leur intérêt. Ils sont aussi créateur d’emploi et c’est un atout pour l’ensemble du territoire comme pour alimenter les régions en électricité.

3. Les acteurs de la stratégie solaire au Maroc

Problématique : comment le développement de l’énergie solaire au Maroc témoigne-t-il des jeux d’acteurs à différentes échelles ?

Sous dépendance énergétique, le Maroc a choisi de développer les énergies renouvelables et notamment le solaire pour assurer sa consommation. Après l’ouverture de la centrale de Noor Ouarzazate entre 2106 et 2108, avec de grandes ambitions, le projet de Noor Midelt doit le compléter. Ces projets ont nécessité des acteurs tant internationaux, pour le financement et la mise en œuvre, que nationaux mais avec des problèmes liées au coût d’exploitation et aux rivalités politiques [PDF].

4. Les enjeux de l’approvisionnement du gaz russe en Europe

Problématique : comment la mutuelle dépendance de la relation producteur / consommateur s’intègre-t-elle dans le jeu géopolitique ?

https://www.eia.gov/international/data/world Il faut revoir la carte du PIB/hab réalisée dans la leçon précédente pour revoir carte pib/hab de la leçon précédente pour comparer la Russie aux pays de l’Union Européenne. Sur le site de l’EIA (U.S. Energy Information Administration), faite apparaître (« Show visualizationToggleVisual ») les producteurs et consommateurs de Gaz. Quelle relation unit la Russie à l’UE ? À partir des cartes, il faut analyser les flux et expliquer particulièrement la place de l’Ukraine. Enfin, l’attention se polarise aujourd’hui sur la construction du gazoduc Nord Stream II.