La Chine depuis 1949 [Term ES/L – H3.2]

Voici un parcours de la leçon sur la construction de la puissance chinoise. Il faut garder à l’esprit que cette vidéo ne peut se substituer à un cours : c’est un outil de travail complémentaire. N’oubliez pas non plus que malgré le caractère narratif et factuel, il faudra mettre en avant une réflexion sur la puissance.

À noter : les mutations économiques étant rapides, la Chine est désormais présentée comme la première puissance économique du monde. Toutefois, cela reflète que le pays produit globalement plus de richesses que les États-Unis, mais ramené, au nombre d’habitants, elle garde une place modeste. Cela n’empêche pas Xi Jinping, que certains surnomment déjà « l’Empereur Rouge » de vouloir impressionner le monde – et surtout ses voisins – pour affirmer que la Chine retrouve son statut d’avant 1820.

Vous pouvez télécharger le PDF utilisé. En complément, on pourra travailler avec l’excellente infographie parue dans Le Monde en 2017

Testez votre apprentissage avec un jeu de course !

En complément, on pourra travailler avec l’excellente infographie parue dans Le Monde en 2017. Je copie l’article paru dans la rubrique Les Décodeurs :

C’est le monde à l’envers pour un œil occidental habitué à la représentation du globe en vigueur depuis le XVIe siècle. Les Etats-Unis sont renversés, New York est placée à l’ouest ; ce n’est pas le Pacifique qui sépare la Chine et les Etats-Unis, mais l’océan Arctique ; ce dernier devient une Méditerranée encerclée par l’Eurasie et le continent américain ; et surtout, l’empire du Milieu n’a jamais aussi bien porté son surnom, en ces temps de « renaissance » où la Chine se pose de plus en plus comme le rival des Etats-Unis.

Cette carte, qui bouleverse la vision traditionnelle, a été adoptée par l’Administration arctique et antarctique chinoise, chargée entre autres d’assurer les expéditions polaires. Elle a été remarquée par les Occidentaux en 2010, après sa publication dans un rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm intitulé « La Chine se prépare pour un Arctique sans glace ».

« Révolution copernicienne »

Son auteur est Hao Xiaoguang, membre de l’Institut de géodésique et géophysique de l’Académie chinoise des sciences sociales. Conçue en 2002, elle permet de visualiser les nouvelles ambitions d’un pays qui, non seulement, veut devenir une grande puissance maritime, mais se montre aussi déterminé à défendre ses intérêts dans les mers et océans, parfois au détriment de ses voisins.

C’est une « révolution copernicienne et de la connaissance », a également expliqué M. Hao à la télévision chinoise. Sa carte brise l’ancien point de vue imposé par les Occidentaux, alors que les premières représentations du pays remontaient à celles apportées par les jésuites au XVIe siècle. En ce sens, a-t-il souligné, sa vision cartographique a une « signification historique ».

Mais ce dont il est le plus fier, a-t-il ajouté, c’est son appropriation par l’Armée populaire de libération au service de la défense nationale. Ce qui a permis, selon les médias chinois, d’améliorer la couverture de la constellation des satellites de deuxième génération du système Beidou – rival du GPS. On peut effectivement constater que la voie la plus courte vers New York passe au-dessus de l’océan Arctique. Pour un avion ou, en cas de conflit, pour un missile…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *