L’affaire Calas

Cette séquence d’EMC correspond à la partie traitée en français pour la Section Internationale

Objectif : à travers un procès contre un protestant et sa révision à la fin du XVIIIe siècle, nous allons nous interroger sur les principes et le fonctionnement de la justice.

1. Catholicisme et protestantisme

  1. Quelle est la situation des protestants au début des années 1680 (doc 1) ?
  2. Le protestantisme peut-il demeurer une religion libre après 1685 (doc 2) ?
  3. Peut-on dire qu’à la fin du XVIIe s. la liberté de conscience est assurée (docs 1 et 2) ?
  4. Près d’un siècle plus tard, la situation s’est-elle améliorée à Toulouse (doc 3) ?

 

2. L’affaire

Marc-Antoine Calas, le mort : 28 ans en 1761, il a fait son droit et veut devenir avocat mais il se heurte à la législation antiprotestante qui interdit cette profession aux « prétendus réformés ». Il renonce et seconde son père à la boutique de tissus. Il est dépeint par son entourage comme taciturne et mélancolique. Marc-Antoine Calas est retrouvé mort le 13 octobre 1761 au soir, dans la boutique de son père, après un dîner en famille pris à l’étage, rue des filatiers à Toulouse.

Jean Calas, le père : 63 ans. Il est marchand de tissus depuis quarante ans. Il a six enfants : quatre fils, suivis de deux filles. Il découvre à 22 heures, en compagnie de son fils Pierre et d’un ami Gaubert Lavaysse, Marc-Antoine mort dans sa boutique.

Anne Rose Cabibel épouse Calas, la mère : Madame Calas n’est pas présente lors de la découverte du corps de son fils. Lorsqu’elle entend les cris de son mari, elle veut descendre à la boutique mais Lavaysse l’arrête dans l’escalier. Lorsqu’elle trouve son fils décédé, les cris redoublent d’intensité.

Pierre Calas, le deuxième fils de Jean : Pierre raccompagne son ami Lavaysse après le dîner, il est présent lors de la découverte du corps.

Louis Calas, le troisième fils : 25 ans. Il s’est converti cinq ans plus tôt au catholicisme sous l’influence de Jeanne Viguière, la servante de la maison. Il a rompu avec sa famille, ne travaille pas et vit de la rente que son père est tenu de lui payer de par la loi parce que Louis a abjuré.

Gaubert Lavaysse, ami de Marc-Antoine et de Pierre Calas : 19 ans. Fils d’un célèbre avocat toulousain, il est arrivé de Bordeaux la veille de l’événement. Il dîne par hasard chez les Calas ce soir là.

Jeanne Viguière, servante de la famille Calas : Jeanne Viguière est une fervente catholique au service des Calas depuis vingt cinq ans. Elle a élevé leurs six enfants. Elle fût l’un des principaux instruments de la conversion de Louis Calas ; Jean Calas le sut mais ne lui fit jamais aucun reproche et la conserva chez lui, la traitant toujours avec égards.

Le déroulé des événements :
Le 13 octobre 1761, des sanglots et des cris s’élèvent depuis la maison Calas : Marc-Antoine a été découvert mort. Une foule s’amasse aussitôt et porte une accusation : les protestants Calas ont assassiné leur fils Marc-Antoine qui voulait se convertir au catholicisme. Alerté par la clameur publique, le capitoul David de Beaudrigue, intervient sur le champ avec sa « main forte », la force publique. De leur côté, Pierre calas et Lavaysse déclarent l’avoir trouvé pendu, mais n’avoir décroché pour dissimuler le suicide qui entraîné à cette époque un traitement dégradant du cadavre. Tous les occupants de la maison sont immédiatement arrêtés.

D’après justice.gouv.fr

Une interprétation cinématographique

  1. Comment la composition de la famille Calas montre-t-elle la diversité religieuse de la ville ?
  2. Quelles sont les deux explications possibles de la mort de Marc-Antoine ?
  3. Comment la réaction de la foule et des autorités montre–t-elle l’hostilité à l’égard des protestants ?

 3. Le jugement et l’exécution

  1.  Qui sont les acteurs du procès (docs 1 à 3) ?
  2. Quelles sont les différentes phases par lesquelles la justice est rendue (docs 1 à 3) ?
  3. Que peut-on dire de la manière dont le procès est tenu (docs 1 et 2) ?
  4. Selon vous, pourquoi Calas subit-il une telle exécution (doc 3) ?

4. L’intervention de Voltaire

  1. Rappelez qui est Voltaire.
  2. Quelle est sa première réaction à l’évocation de l’affaire calas (Doc vidéo) ?
  3. Dans son traité de 1763 (version intégrale ici), comment juge-t-il finalement l’action de la justice (doc 1 ) ?
  4. Pour lui, quelle fut la cause de cette injustice (doc 1) ?
  5. Quelles sont finalement les conclusion de l’affaire (doc 2) ,
  6. En reprenant tous les éléments, montrez le cheminement de la justice.
  7. Pour faire un bilan : montrez que cette justice est à la fois  moderne mais conserve des aspects que nous ne jugeons plus acceptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *