La rue Bui Vien [Hyper-lieux – HCMV]

Par Jean-Baptiste Albin, Nicolas Moinard, Joël Vandercruyssen – Terminales L et ES, 2018

Bui Vien est une rue piétonnière très cotée chez les jeunes vietnamiens tout comme chez les étrangers pour sa vie nocturne qui dynamise la ville. Le nom de la rue n’est pas choisi par hasard: Bui Vien incarne le Vietnam qui s’ouvre au monde. Issu d’une modeste famille, Bui Vien est un diplomate vietnamien ayant vécu au XIXe siècle. Il a reçu une très bonne éducation, a obtenu son baccalauréat et était passionné de littérature française. Il a fait partie de la cour du roi Nguyen, qui lui a donné pour mission d’ouvrir le Viêt-Nam au monde. Ainsi, il participe à la construction du port de Hai Phong. Il est aussi un des rares vietnamiens de cette époque à avoir voyagé en Chine et Japon. Il devient le premier vietnamien à avoir été aux États-Unis, sous l’ordre du Roi qui l’envoie pour trouver des alliés aux côtés des Vietnamiens dans leur lutte contre le colonialisme français. Nous retrouvons donc cet aspect international à travers l’exemple de la rue de Bui Vien, réputée pour être très fréquentée par les touristes étrangers, ici appelés “Tây Ba Lô”. Pouvons-nous considérer Bui Vien comme un hyper-lieu? Pour répondre à cette question, nous allons voir si Bui Vien dans son ensemble correspond aux cinq critères qui définissent un hyper-lieu selon le géographe Michel Lussault.

Voir en plein écran

 

Tout d’abord, un hyper-lieu est un lieu de regroupement intense d’activités. Bui Vien est particulièrement dynamique le soir. Sa vie nocturne est animée par des bars, des discothèques, des restaurants de fruits de mer et des hôtels. On y trouve beaucoup de commerces du domaine des services, Bui Vien est une rue orientée vers le divertissement.

Le critère d’hyper-spatialité correspond à une mise en réseau d’un lieu au monde. À Bui Vien, ce critère semble de faible intensité car premièrement, la rue est gérée localement et puis tout simplement, il n’y a pas de réseaux qui la connectent au monde. De plus, son emplacement n’a rien de stratégique: elle ne se situe pas en plein centre-ville.

Pour le critère d’hyper-scalarité, c’est-à-dire un lieu où il y a collision des échelles, Bui Vien est une rue où l’on trouve un grand nombre de nationalités. En effet, même si la plupart des bars sont locaux, certains sont gérés par des expatriés. Ainsi, on remarque que les étrangers qui y passent sont de diverses nationalités, on trouve des Français, des Chinois, des Indiens, des Anglais et des Américains principalement. Quand bien même Bui Vien n’est pas un grand lieu, on peut le qualifier de cosmopolite, ce qui est caractéristique des “walking street” que l’on trouve en Thaïlande. Cela est reflété dans son logo: un chapeau conique vietnamien dans lequel figurent une pyramide égyptienne, le marché de Ben Thanh, la tour Bitexco, le Merlion de Singapour, Big Ben, la statue de la Liberté, l’éléphant thaïlandais, la Tour Eiffel, la Tour de Pise et le kangourou d’Australie.

Le Time Lapse, une autre vision de l’espace et des flux

Bui Vien est ainsi un espace d’expériences partagées. Nous trouvons Bui Vien sur les réseaux sociaux. Il dispose de son propre compte Facebook, son hashtag Twitter et d’un compte Instagram. Les passants prennent des photos du lieu et d’eux-mêmes (selfies) afin de les partager sur le net.

Par rapport au dernier critère, Bui Vien est un lieu d’affinités avec autrui car d’une part, cette ruelle est très populaire parmi les jeunes d’Hô-Chi-Minh-Ville, et d’autre part il figure dans de nombreux guides touristiques ce qui lui vaut son surnom de “quartier des routards”. Ainsi au réveillon du Nouvel An 2018, des centaines d’étrangers ont rejoint les Vietnamiens dans la fête.

En conclusion, du fait que Bui Vien n’adhère pas complètement à certains critères, il peut être considéré comme un hyper-lieu en cours de développement, au rythme de celui du Viêt-Nam. Par ailleurs, on a l’impression que Bui Vien s’inspire de la rue piétonnière de Pattaya. En effet, on y trouve (avec surprise) des tailleurs et des bars qui se ressemblent plus ou moins. On rencontre un magicien sur le trottoir qui offre des spectacles aux clients assis en terrasse (tout comme le magicien déguisé en Michael Jackson à Pattaya), des commerces de proximité ouverts 24/7 à chaque coin de rue ainsi que de la restauration rapide (McDonald’s, Burger King…). La rue est ouverte à la circulation la journée mais fermée le soir entre 19h et 6h du matin. Des touristes mais aussi des locaux viennent seuls, avec des amis, en couple ou en famille non pas spécialement pour les bars mais au moins pour l’ambiance. Cependant, Bui Vien présente des limites: probablement pour des raisons de législation, il n’y a pas de “go-go bar”, en revanche on croise parfois des maquereaux ambulants qui proposent aux passants des catalogues un peu louches…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *